Travail collaboratif : tout n’est pas rose au pays des Bisounours!

L’époque est au bonheur en entreprise, à l’économie sociale et solidaire, au développement de soi et à la bienveillance des autres.

Un modèle économique et social tout rose, où chacun est autant concerné par l’environnement que par son prochain. Voilà pour le monde des bisounours ! Mais Le professeur Cœur-de-pierre veille ( si si, c’était le méchant dans les Bisounours !).

Pas un seul jour ne se passe sans que je ne puisse constater la défiance, la peur et l’angoisse à l’idée de travailler ensemble. Et je ne parle pas d’une collaboration fonctionnelle, celle-ci est effective et sous-tend la majorité des projets.

Je veux parler d’une collaboration intellectuelle, émotionnelle (non, ce n’est pas un gros mot en entreprise !), guidée par le souci d’un projet commun, dans lequel les collaborateurs sont attachés à mettre en avant, à guider, à grandir eux-mêmes. Une collaboration dans laquelle la confiance a priori serait la règle, ou tout un chacun aurait la certitude que les décisions et les projets auxquels il participe oeuvrent pour un bien commun.

Il est terrifiant de constater qu’un des premiers sentiments présents en entreprise est la défiance : quand on aura fini de croire que notre collaborateur, notre patron, l’Etat, …nous veut du mal, et qu’on sortira de l’affect négatif que l’on met dans nos relations professionnelles, on pourra enfin avancer. Car voilà un problème majeur, à l’heure ou le bien-être de chacun est érigé en valeur ultime : on a oublié d’être professionnellement heureux.

Et au-delà des livres de développement personnel, des cours de méditation, des thérapies relationnelles, nous rangeons tous ces outils dès que nous franchissons la porte du bureau. Et nous voilà repartis dans tous ces cercles vicieux que l’on passe notre temps à déconstruire dans notre vie privée : non, Marie-la-nouvelle-de-la-compta n’est là uniquement pour me voler mon travail, non le boss du marketing n’a pas pour but de m’empêcher d’évoluer  !

Est-il utopique de croire qu’il est possible de changer les filtres à travers lesquels travaillent nos collaborateurs ?

C’est un travail de longue haleine, sur le terrain et au cœur des équipes, qui dépasse le simple cadre de la consultance. Car il ne s’agit pas de jeter des paillettes sur un tableau pour le rendre plus joli, mais bien de révolutionner complètement le paradigme du travail collaboratif . Une transformation de fond, plutot qu’un « home staging » de surface.

Et cette transformation doit êter globale, transversale, implicante et intégrée. Il ne s’agit pas uniquement de sensibiliser les managers à l’importance du bien-être de leurs collaborateurs, message qu’il transmettront ensuite sous la lumière blafarde des néons de la salle de réunion, les semelles battant une vieille moquette bleue, avant que chacun ne retourne à son bureau en contreplaqué blanc, bien à l’abri dans SON espace de travail, laid mais rassurant.

Il s’agit de rénover, transformer, optimiser et faire rayonner tous les aspects qui composent une vie en entreprise heureuse, mais également, soyons concrets, profitable et rentable.

L’idée de Home Made Company est de créer une unité d’élite, regroupant des experts en communication, marketing, finance, droit des entreprises, mais également des executive coachs, des architectes d’intérieur, et pourquoi pas des nutritionnistes. Une équipe dont le but serait de réenchanter complètement une entreprise, non pas au moyens de conférences, slides powerpoint et petits fascicules plastifés, mais bien au travers d’un accompagnement concret, sur le terrain, des équipes, et un suivi au jour le jour des transformations réalisées.

Après un scan complet de l’entreprise, mêlant études de la situation de l’entreprise, entretiens formels et conversations informelles à tous les niveaux hiérachiques, réalisés par ces experts, une solution globale et transversale est proposée.

Cette solution concerne tous les aspects de la vie en entreprise. Elle implique toutes les équipes, quel que soit le niveau de décision. Il importe donc que chacun, indifféremment de sa position hiérarchique, s’approprie cette solution et la vive au jour le jour.

Lorsque l’on constate le nombre de solutions de travail collaboratif mises en place en entreprise, par des consultants tous plus performants les uns que les autres, on peut être attéré par le constat d’échec qui suit l’implémentation de ces solutions. Elles sont mises en place département par département, sans aucune intégration globale, ce qui aboutit au bout de quelques semaines à un désintérêt pur et simple, puis à une utilisation solitaire de ces solutions collaboratives.

La collaboration des employés ne passe pas uniquement par un outil de travail informatique performant, mais bien par un remaniement total des habitudes, paradigmes, cadres et autres constituants de l’entreprise, de façon tout à la fois verticale et horizontale. La véritable collaboration ne s’encombre pas de hiérarchie ou de process, mais vise à l’excellence du groupe, à la mise en commun des forces de chacun pour faire vivre et grandir LEUR entreprise.

Car quels que soient les produits et services exceptionnels que vous vendez, les outils ultra-performants que vous utilisez, les stratégies de communication ou de marketing hors de prix mises en place, vous n’arriverez nulle part sans une équipe impliquée, qui s’est approprié l’essence même de votre société. Car il est là, le levier le plus puissant, mais encore trop peu utilisé, de l’économie actuelle : l’implication des équipes.

Alors, utopie ? Peut-être, mais « L’utopie est une réalité en puissance » [1] !

[1] Edouard Herriot, homme politique, écrivain et académicien français

1 commentaire pour “Travail collaboratif : tout n’est pas rose au pays des Bisounours!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *