Et si on pratiquait l’honnêteté et l’objectivité?

Un excellent article de l’Harvard Business Review, qui met en évidence les zones d’ombre d’un feedback uniquement axé sur les forces et compétences. Ou comment, à force d’encenser les collaborateurs dans leur zone de confort, on précipite leur chute.

Le développement des compétences passe par l’apprentissage de ses faiblesses, et le travail sur celles-ci. Or, pour cela, il faut en prendre conscience. Il est donc nécessaire de les mettre en lumière, non pour critiquer ou affaiblir, mais pour développer et faire grandir. Et de cette façon, augmenter la confiance en soi, la responsabilisation, et donc le bien-être au travail.

 » We cannot solve the severe problems we face in leadership with wishful thinking .Strenghts-based interventions may be useful if the goal is to help individuals « self-actualize »or increase certain aspects of well-being. However, if the focus is on making people more competent, productive, or effectiven managers and decision makers should work instead on mitigating people’s weaknesses »

Lire l’article ici !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *